Entrez dans le Groove – Le Courrier

Une nouvelle salle ouvre ses portes sur l’ancien site autogéré Artamis, devenu écoquartier. Un consortium d’associations de jeunesse gèrera le lieu ouvert à toutes les disciplines.

Genève compte une nouvelle salle de spectacles. Et pas des moindres
puisqu’elle pourra accueillir jusqu’à 500 personnes, dès ce week-end
(l’inauguration publique se déclinera en trois temps de vendredi à
dimanche). Le Groove, c’est son nom, niche sous le dernier édifice du
site de l’Ecoquartier de la Jonction, le long du boulevard
Saint-Georges. Murs immaculés, grandes baies vitrées: ce sont
essentiellement des espaces dédiés à la petite enfance et au
parascolaire qui occupent les trois étages. Mais au sous-sol, outre une
salle de gymnastique, un foisonnement artistique pluridisciplinaire est
annoncé.

«Il y aura des concerts, des soirées soundsystem et DJ, mais aussi des
ateliers participatifs, des résidences, vernissages, projections, etc.
Le but n’est pas de concurrencer l’offre existante mais de proposer du
live de qualité, local avant tout, à des tarifs accessibles.» Visite
guidée avec Anaïs Kolly et Donik Otine, membres du «consortium» qui a
remporté l’appel d’offre de la Ville. Le Groove – pas le plus original
des noms mais le plus consensuel – est confié à une faîtière rassemblant
plus de 230 associations de jeunesse, issues du Collectif nocturne et de
l’Association pour la promotion de la culture et de l’animation musicale
(APCAM). Le premier gère déjà la salle du Terreau, la seconde est menée
par le Corner 25, collectif de soundsystems reggae/dub.

On pénètre au rez, côté rue des Gazomètres. Passé la lourde porte
étanche, on entre direct dans le vif: vue plongeante, via une baie
vitrée, sur l’impressionnante salle de 150 m2, près de 9m sous plafond.
On passe les bureaux, le fumoir, pour accéder au sous-sol par un immense
escalier (en ascenseur pour les personnes à mobilité réduite).
L’architecture austère sent le béton frais, mais l’agencement a de
l’allure. Foyer spacieux avec vestiaire et bar. Dédale de couloirs semés
de loges pour les artistes (munies d’une douche) et de locaux
techniques. Dans la grande salle, on s’affaire de tous côtés. C’est peu
dire qu’il reste à faire d’ici vendredi: la scène n’est pas dressée, les
ponts d’éclairage reposent au sol, les rideaux phoniques (ignifugés) ne
recouvrent pas encore les murs. Le responsable technique est optimiste:
«On y arrivera. Il faut!»

Sept postes à temps partiel ont été créés. La programmation est assurée
par une commission à laquelle appartient Anaïs Kolly, bénévole formée à
l’événementiel et fervente clubbeuse. Donik Otine touche à la
communication, bénévole lui aussi, venu du théâtre d’impro et rompu à
l’associatif. «Les trois prochains mois sont remplis côté programmation,
assure Anaïs. On espère créer une dynamique, susciter des vocations.»
L’appel à bénévoles est lancé. Des festivals de musique ou de cinéma ont
d’ores et déjà signalé leur intérêt. Le Groove se veut ouvert. Le budget
de fonctionnement dépendra de la subvention allouée par la Ville, en
principe 150 000 francs annuels, à confirmer lors du vote du budget en
décembre. L’équipement, quant à lui, a été financé en partie par une
fondation et la Loterie romande.

Il faut remonter à la fermeture d’Artamis et ses nombreux lieux
culturels nocturnes (Piment Rouge, Letage, Galpon, K-Bar, Shark,
Kinetik) pour comprendre en quoi le Groove remplit une vieille promesse
des autorités. Avec pour fonction de combler un manque culturel et,
désormais, de contribuer au lien social dans ce nouveau quartier
d’habitation. Le Groove sera ouvert tous les week-ends, il n’attend plus
que son public. «On a hâte de voir la salle remplie», confient les deux
bénévoles.

https://lecourrier.ch/2021/11/03/entrez-dans-le-groove/

Prochainement au Groove

02 Mar

DUB SCHOOL ⎮ SIP A CUP SHOWCASE

02.03.2024 · AGENDA +
08 Mar

Funk Morado

08.03.2024 · AGENDA +
09 Mar

L’Histoire du Hip-Hop

09.03.2024 · AGENDA +